Sur paléomagnétisme

Les roches sont comme le GPS. En soi, ils conservent un magnétisme rémanent qui peut indiquer l’emplacement de la roche lorsqu’elle s’est formée.

Définition du magnétisme rémanent dans l’Encyclopedia Britannica:

Remanent magnetism, also called Paleomagnetism, or Palaeomagnetism, the permanent magnetism in rocks, resulting from the orientation of the Earth’s magnetic field at the time of rock formation in a past geological age. It is the source of information for the paleomagnetic studies of polar wandering and continental drift. Remanent magnetism can derive from several natural processes, generally termed natural remanent magnetism, the most important being thermo-remanent magnetism. This arises when magnetic minerals forming in igneous rocks cool through the Curie point and when the magnetic domains within the individual minerals align themselves with the Earth’s magnetic field, thus making a permanent record of its orientation (source: https://www.britannica.com/science/remanent-magnetism).

Pendant un certain temps, on a pensé que le magnétisme conservé dans les roches indiquait la position du pôle magnétique qui changeait de position au fil du temps. A l’époque où l’étude du magnétisme des roches était réalisée pour la première fois, on pensait que les continents n’avaient pas changé de position. Mais plus tard, on a découvert que ce n’est pas le pôle qui se déplace par rapport aux continents fixes, mais plutôt les continents qui se déplacent par rapport à un pôle fixe. Ce chemin s’appelle la ‘polar wander’ (APWP) même si ce n’est pas exactement le pôle qui erre mais les continents et les roches qui ont préservé cette information.

Pôles magnétiques changent également d’emplacement et cette information est également obtenue à partir des roches mais en utilisant des technologies différentes. Les pôles magnétiques sud et nord (à ne pas confondre avec le nord et le sud géographiques) non seulement errent, ils s’inversent aussi de temps en temps. Il existe de nombreuses hypothèses sur ce renversement, celles qui lient extinctions de masse et autres catastrophes avec ça, et d’autres qui stipulent que l’inversion des pôles magnétiques ne produit pas de grands cataclysmes.

Le précédent renversement polaire de la Terre s’est produit il y a 780 000 ans. Entre l’Amérique du Sud et l’Afrique australe, il y a une région magnétique énigmatique appelée Anomalie de l’Atlantique Sud, où le champ magnétique est beaucoup plus faible. On pense que les champs faibles et instables précèdent les inversions magnétiques, de sorte que certains ont fait valoir que cette caractéristique pourrait être la preuve que nous en sommes confrontés. La faiblesse des champs magnétiques nous rend plus sujets aux tempêtes magnétiques qui ont le potentiel d’assommer l’infrastructure électronique, y compris les réseaux électriques. Le champ magnétique de l’anomalie de l’Atlantique Sud est déjà si faible qu’il peut nuire aux satellites et à leur technologie lorsqu’ils survolent. Il existe également des théories qui associent un nombre accru d’apparition des gouffres à l’inversion des pôles magnétiques.

Cet été, en Lituanie, j’ai visité le Centre de recherche sur la nature où j’ai également vu la technologie utilisée dans la recherche sur le magnétisme des roches. Là, j’ai aussi rencontré géologue Gražina Skridlaitė qui m’a également raconté toute l’histoire du paléomagnétisme. Pour les géologues, l’inversion des pôles magnétiques n’est pas un miracle, j’ai été dit. Cela se passait tout le temps, les champs magnétiques sont très actifs et il n’y a aucune stabilité dans la terre. Les changements d’environnement sont constants, seul le rythme varie. Maintenant, oui, dit Gražina, les processus sont accélérés. L’altération des roches est l’un des processus visiblement accrus comme de nombreux autres événements naturels. La géologue dit que les humains n’invoquent pas de grands cataclysmes dans la nature, mais ils les accélèrent et surtout ils détruisent leur habitat, le rendant de moins en moins vivable pour eux-mêmes. Mais les gens ne détruiront pas la nature, ajoute la géologue, parce que la terre et la nature ont fait face à de plus grandes catastrophes que les humains, mais nous pouvons nous détruire nous-mêmes.

Eh bien ça ne sonne pas très gai, du moins on peut espérer que la nature survivra et pour nous-mêmes il faut sans doute trouver cette «oasis de décélération» (à l’échelle mondiale) dont Pascale parle dans son article et dans sa lettre à Hartmut Rosa. (aussi à Pascale: j’espère que Rosa te répondra pas comme Tom Cruise, j’ai eu la même expérience quand j’ai écrit à David Bowie quand j’étais petite ..)

Mais pour finir, j’aimerais revenir sur l’idée de penser les roches comme un GPS. Cette idée a été exprimée pour moi par le géologue Vytautas Puronas. Comme je parle beaucoup dans mon travail des enregistrements de sédiments en tant qu’archives médiatiques visuelles et surface de la terre – surface de l’écran parallèle. Ce parallèle entre les roches et les appareils de navigation est un autre aspect et imagerie de l’examen des médias numériques à travers la géologie et vice versa.

Machines utilisées pour obtenir des données de magnétisme de roches: