Récit d’une expérimentation artistique, où la difficile gestation d’un projet

 

Introduction

Dans le cadre de cet article, et suite aux premiers rendus et surtout le premier présentant la recherche sous forme d’une introduction, je souhaiterais partager mon expérience d’écriture théâtrale. Celle-ci s’est déroulée lors de la seconde partie de l’année de Master 1 après une maturation durant le premier semestre. Cette période a vu apparaitre une pièce d’une soixantaine de pages, en quatre actes, avec deux personnages principaux et plusieurs personnages secondaires. Du point de vue que je puisse en avoir aujourd’hui, cette expérimentation écrite peut être considérée à la fois comme une réussite, un ratage, et finalement un blocage.

 

Une réussite ?

Si cela est une réussite, c’est qu’elle constitue ma toute première écriture. De ce point de vue, il s’est agi de coucher sur le papier un ensemble d’idées dans une narration basée sur un noeud dramatique et une évolution des personnages. Cela a déjà permi de poser un premier jalon pour d’autant mieux considérer les forces et les faiblesses de l’exercice réalisé. A ce titre, et pour accompagner ce premier rendu vis à vis de mes directeurs de recherche, j’ai écrit un entretien fictif avec des étudiants en études théâtrales qui m’amènerait à m’expliquer sur mes partis pris, mes choix des personnages, des lieux…

 

Un ratage ?

Si cela constitue un ratage, c’est qu’en l’état cette pièce ne pourrait pas être montée sur scène de mon point de vue : considérations de rythmes, de scénographie, de dialogues, de pertinence globale peut-être… Cette expérimentation a souffert de ne pas être une écriture de plateau, mais en même temps nous pourrions considérer qu’il est nécessaire d’avoir une trame, un matériau pour débuter. Tenter une comparaison avec un dramatruge de renom à ce moment du travail n’est aucunement envisageable. Pourquoi ? Une histoire avec un début, un milieu et un fin, cousue de dialogues ne fait pas une dramaturgie susceptible de se retrouver sur un plateau de scène nationale, il faut un suplément d’âme. Mais quel est-il ? S’agit-il purement de considérations techniques ? Si nous pouvions la considérer comme un materiaux brut digne d’être poli, l’espoir ne serait pas tout à fait mis au rebut. Se pose alors la question de savoir comment appréhender les prochaines étapes.

 

Un blocage ?

Si cela constitue un blocage, c’est que cette sensation vient de l’appréhension des étapes suivantes. Outre les dialogues, ne s’agit-il pas de revoir totalement sa structure ? Son début ? Sa fin ? Si. Le fait que chaque acte se situe dans un lieu et un pays différent (cf : paragraphe suivant) n’est-il pas irréalisable pour une transposition sur un plateau sans imaginer des coûts de scénographie importants ? Et si le tout était tout simplement bon à jeter ? Et si les doutes qui m’assaillent ne constituaient pas seulement une étape nécessaire à laquelle tout créateur, tout chercheur doit faire face ? Je crois qu’il est nécessaire de souligner ici le fait que, comme l’indique l’entretien fictif, je me suis inspiré de mon parcours de vie pour aboutir à cette histoire et faire en sorte de méler la petite histoire à la grande. De ce point de vue, l’exercice d’écriture n’est pas seulement une recherche sur la création et conception d’une dramaturgie, la mise en place d’expérimentations de débats au sein de celle-ci, mais elle est également une forme de travail cathartique. En cela, le blocage est aussi lié à cette catharsis mais je pourrais avancer que j’investis dans ce travail pour parier sur un  avenir plus dégagé de préoccupations personnelles que je devrais désormais considérer comme révolues pour être à même d’avancer sur mon chemin de vie. A ce titre, un oeil averti pourra aisément noter que ma plume reflète potentiellement malgré elle ces préoccupations, et qu’ainsi, elle n’est dans le meilleur des états.

 

Vers une porte de sortie : une mise à nu de l’artiste-chercheur

Comment envisager des portes de sortie ? Etre juge et partie n’étant généralement jamais une position ni enviable ni convenable, je vais partager l’état des lieux. Une mise à nu en somme, le plus simple pour être tout à fait transparent, mais si complexe à gérer !

– D’un coté la pièce que vous pouvez parcourir, ou lire attentivement (ci-après l’article, consultable sous format pdf),

– et de l’autre l’entretien fictif (ci-après l’article, consultable sous format pdf), dont la lecture éclairera sur la mécanique sous-jacente de la pièce (les éléments essentiels correspondant à la conception de la dramaturgie et des personnages est surlignée en bleu clair).

– Enfin, voici une vue aérienne des actes et des scènes. Le tout se déroule sur une semaine :

Acte 1 : à Paris, jour 1 & 2

Scène 1 & 2 : rencontre au théâtre avec la soeur. prémisse d’un noeud gordien.

Scène 3 & 4 : le lendemain au sénat, suite à un débat sur la comission d’encadrement des réseaux sociaux. Mise en place de l’action dramatique à résoudre.

Scène 5 & 6 & 7 & 8 : au funérarium. contextualisation  de l’environnement familial du protagoniste et consolidation du noeud gordien.

Scène 9 : rencontre avec la protagoniste par laquelle le protagoniste peut respirer/s’échapper/s’en sortir

Acte 2 : à Vienne, jour 3

Scène 1 : ancrage historique et Léviathan

Scène 2 : la découverte de l’archive à la Bibliothèque Nationale

Scène 3 : la question de l’autorité et de l’héritage

Scène 4 : une bousculade inattendue.

Scène 5 : Dans le tramway, remontée de souvenirs.

Scène 6 : déjeuner au Heuriger. Expérimentation de la première planche.

Acte 3 : à Bogotà, jour 4

Scène 1 : debrief sur la première expérimentation. Liberté, Egalité, Fraternité.

Scène 2 : Amina retrouve son groupe en vue de la seconde expérimentation. Présentation des personnages.

Scène 3 : Seconde expérimentation, la mise en jeu de la deuxième planche.

Scène 4 : Lien entre la France, l’Autriche et la Colombie. Ancrage historique.

Scène 5 : Une tentative d’assassinat.

Acte 4 : à Paris, jour 7

Scène 1 : retrouvaille avec Amina. Conseils pour régler la situation. Une troisième tentative d’assassinat.

Scène 2 : règlements de comptes père fils.

Scène 3 : Le sénat écarte le protagoniste.

Scène 4 : retrouvaille entre le protagoniste et sa soeur, au théâtre.

Scène 5 : réunion de la comission sénatoriale, lieu de résolution du noeud gordien. Scène finale.

 

Conclusion : ne pas avoir peur de faire face à ses vulnérabilités pour avancer

Un oeil averti, extérieur, peut-être même froid – c’est-à-dire éloigné de cette dimension personnelle et cathartique susmentionnée – verra potentiellement immédiatement les failles, les élements à écarter, à retenir ou à développer. Le cas échéant, je serais immensément reconnaissant pour tout retour constructif. De mon point de vue, il y aurait certainement un travail de tri à effectuer, ou d’urgence à faire remonter à la surface tout en élagant une certaine dimension historique comme l’avait indiqué Charlotte Bouteille-Meister lors de la présentation de la scène 2 de l’acte 2 lors de la séance du 18/11/2021.

Pour la suite des aventures, j’ai lancé une communication pour rechercher des comédien.ne.s et constituer une troupe (annonce ci-après l’article, consultable sous format pdf). Il ne s’agit pas pour moi d’imposer des dialogues ou un moule, mais plutôt d’ouvrir à la réflexion, l’inventivité et l’appropriation des personnages et de l’action par les comédien.ne.s.

Enfin, une nouvelle référence ajoutée à mon corpus de recherche pourra, je l’espère, alimenter à nouveau la création (Antoine Lilti, l’héritage des Lumières, ambivalence de la modernité, Paris, Edition du Seuil, 2019, 416p)

Mais fondamentalement, partager ici, devant vous, à coeur ouvert, tout ce qui pourrait être sujet à critiques pourrait paraitre comme entrer en état de vulnérabilité, ce qui, somme toute, l’est. Mais je pense qu’il s’agit ici et maintenant de la meilleure action à entreprendre pour avancer sur une meilleure voie et dépasser le blocage actuel.


image en-tête issue de l’article universitaire :

Edsger W. Dijkstra« Hierarchical ordering of sequential processes »Acta Informaticavol. 1,‎ 1971, p. 115-138 (lire en ligne [archive], consulté le 10 novembre 2007)


fichiers attachés :

entretien fictif   &   annonce recherche comédien.ne.s   &   pièce