Il y a dans la ville des no man’s land visuels. Murs décrépis, vieux et tagés, en changeant de points de vue, cela devient des matières, des gammes de couleurs, des inspirations, des déchets élégants qui se confondent avec des détails de la nature.