Les femmes Noires dans le cinéma américain

     Pour le troisième et dernier rendu j’ai choisi de le faire sous une forme différente des deux précédents, et également d’une façon dont je n’avais jamais travaillé. De ce fait j’ai choisi de faire un rendu vidéo. Comme je l’ai indiqué lors de ma présentation pour mon deuxième rendu, qui était une image que j’ai faite, mon intention a été de représenter visuellement à partir de mes recherches, du titre de mon projet de mémoire ‘‘Les femmes Noires dans le cinéma américain : des stéréotypes raciaux et sexistes à la représentation d’une véritable identité’’ avec une vidéo d’une minute et six secondes.

 

    De la même manière que pour ma réalisation graphique, je voulais illustrer visuellement les stéréotypes qui soient dévalorisants ou pas. J’ai donc essayé de montrer tous les stéréotypes que j’ai mentionné lors de mon rendu, tels que les sorcières représenté par l’actrice Naomie Harris qui joue une sorcière dans le film Pirates des Caraïbes : le secret du coffre maudit (2006), ou alors  la Welfare Queen qui dépeint l’image d’une femme de couleur qui dépend des aides financières de la part de l’État, illustré par l’actrice Mo’Nique dans le film Precious (2009), ou encore la femme noire attirante présenté par Gabrielle Union dans le film Bad Boys 2 (2003) ou avec Hall Berry qui joue le personnage de Catwoman dans Batman. De plus, j’ai voulu accentuer cela par la musique qui s’intitule ‘‘Stéréotypes’’, joué par le groupe Black Violin, pour accompagner les images. On peut également entendre à la fin de la vidéo le mot stéréotype.

 

    De même qu’avec mon second rendu, au-delà des stéréotypes je voulais également présenter des rôles un peu plus gratifiants pour la communauté noire, des rôles ‘‘de femmes” dépourvus de clichés qu’elles ont pu jouer. Je les ai d’ailleurs placées vers la fin de la vidéo car,  j’ai voulu y ajouter des similitudes à mon deuxième rendu où c’est au bout de la photo que l’on voit les rôles les moins, voire pas du tout stéréotypés. Comme avec l’actrice Lashana Lynch dans le film James Bond «Mourir Peut Attendre» (2021) ou avec les personnages féminins de Black Panther (2018). J’ai par ailleurs inséré une des scènes intentionnellement, où l’on voit un des personnages (Okoye) rejeté une perruque, comme pour mieux exprimer sa féminité naturelle. La beauté noire au naturel est célébrée et on y découvre une diversité crédible de l’image de la femme.

    Bien que mon deuxième rendu est un lien avec le premier, je voulais de plus que le troisième soit lié aux deux précédents. Par conséquent, dans cette vidéo d’une minute et six secondes, j’ai inclut toutes les actrices qui étaient dans ma représentation graphique (rendu 2).