Inachevés

varde.hotglue.me/?LA+QUÊTE

 

Présentation :

La quête de ce récit mis en parallèle avec les textes d’Orelsan et de Gringe est aussi celle du lecteur, actif, qui se doit d’avancer lui-même dans le texte par le biais de clics, et parfois de retours en arrière, s’il veut le découvrir.

 

Intention :

J’aime écrire, c’est ma passion. Et dernièrement, j’ai pu remarquer que malgré le fait que je n’aime pas le rap comme style de musique, une majorité de textes des chansons de Orelsan, de Gringe et de leur Casseurs Flowters faisaient échos à certains aspects de mon écriture.

Ils ont été – sont – perdus, et ils crient leur errance à travers la vie et la société qui leur est imposée et qu’ils ne comprennent pas. Par leurs mots, ils touchent beaucoup de monde, comme le prouve leur succès incontestable (tous les disques de Orelsan et du duo sont certifiés au moins Disque de Platine, dont un record de vente pour “Civilisation”).

Dans ce projet que j’ai choisi d’appeler “Inachevés”, j’ai proposé par l’écriture d’un texte intitulé “La Quête” et sa paraphrase avec des extraits des textes des deux comparses, une lecture inédite de leur poésie. J’ai par-là voulu montrer que derrière le genre du rap il y a des auteurs très touchants, meurtris eux aussi, qui partagent avec leurs auditeurs leurs ressentis, leurs peurs, leurs débauches, leurs erreurs et leur vision décalée d’un monde décalé.

Derrière leur poésie, il n’y a pas seulement “le génie qui a écrit sale pute” et un frère qui a “la gueule d’un avis d’décès” mais bien plus : deux “différents”  qui s’en “battent les couilles de c’que disent les gens” car ils ne vivent pas “dans l’même monde”.

J’ai également voulu relever combien le poids d’une société incomprise par beaucoup ne tend qu’à évincer les personnes qui ne rentrent pas dans le moule d’un formatage massif et je tiens à insister sur le fait que cette suprématie gouvernant nos vies nous blesse bien plus qu’elle ne nous défend, et nous pousse parfois aux limites de la raison.

 

Soluce :

En cliquant sur les mots à la police différente, vous avancez dans le texte. Parfois, vous devrez revenir en arrière avec “page précédente” pour voir l’autre branche de l’arborescence du texte.

En cliquant sur le texte de fond, vous accéderez à un ensemble de textes paraphrasopoétiques  exclusivement extraits des textes de chansons de Orelsan et Gringe.

 

« J’crois qu’le bonheur c’est d’être autiste / J’ai des pensées morbides, j’ai pas besoin d’un docteur j’ai besoin d’un exorciste »

« J’affronte la vie comme un aveugle avec un walkman / Comme une anomalie dans leur programme »

« J’suis déjà fou, autant rester dans l’délire »

Bonne quête !