En parcourant les articles de mes collègues, je tombe sur celui de Ieva qui revient aux sources de son travail. Comme dirait Simon Sinek*, le nouveau guru des entreprises, son “Why”. Ieva décrit très bien ce temps où c’est un peu le bordel et qu’il peut s’avérer utile de faire un pas en arrière, se rappeler pour redonner du sens: Dans chaque recherche, il y a toujours un moment où on se sent un peu perdu ou dépassé par les possibilités. On doute de la direction à choisir. À ces moments-là, il est toujours bon de se rappeler comment tout a commencé, c’est-à-dire revenir aux racines du projet. 

Etant moi-même plus que perdue, je me suis dit que c’était une super idée. J’ai ouvert un trentième document word pour commencer à reprendre l’historique de mon projet. Bon alors en fait, c’est parti dans tous les sens, jusqu’à ce que je me demande si vraiment ce projet avait un sens à la base pour moi! Et puis, je me suis souvenue à quel point j’étais entrée en résonance avec le livre d’Harmut Rosa sur l’accélération**. Dans un interview donné dans Le Monde***, HR décrit la raison pour laquelle j’ai eu envie d’initier une résidence d’artistes:

On manque en permanence de temps, et les choses ne vont pas en s’améliorant. Nous détruisons ainsi notre capacité à nous approprier le monde, à être ému et à développer une résilience. C’est une aliénation dont nous devons nous défaire.

Je souhaitais faire une bulle de résistance, de rencontres, d’expérimentations pour nous extraire de ce monde capitaliste hystérique et débilitant. Encore dans cet article, HR parle “d’oasis de décélération”: 

On ne peut résoudre un problème social de manière individuelle. Chacun peut s’adapter, apprendre à gérer son stress, à travailler sa pleine conscience, à préserver dans son agenda des journées où l’on ne prévoit rien. Se mettre en retrait du monde est aussi une option, risquée. On peut également essayer de trouver une stratégie d’adaptation collective en créant des oasis de décélération par exemple. A cet égard, la notion de loisir doit être revisitée. Avant il y avait des temps où « le travail était fait », fini. Aujourd’hui, ce n’est quasiment plus possible, on a toujours quelque chose à faire.

J’ai eu envie de tenter de lui écrire afin qu’il me décrive plus précisément son concept d’oasis de décélération, sachant que j’ai une chance sur 300’000 qu’il me réponde, sachant également que je n’ai pas eu la décence de lui faire un message court, mais que je lui ai raconté toute ma vie. Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça, peut-être parce j’ai juste utilisé cette excuse d’écrire à quelqu’un pour revenir à la source de mon projet. Je ne pense pas attendre particulièrement de réponse, mais j’ai pu mettre le doigt sur la pression que je me mets, mais aussi sur le fait que la nature était initialement un support, un moyen, mais pas une fin en soi.  

Message à Hartmut Rosa

Cher Professeur,

When I was a little girl I wrote a letter to Tom Cruise (no emails at that time) to tell him I was a big fan. He never answered. Well this email is a little bit more than telling you that I am a big fan, but the question I am asking you is certainly related to the fact that I am a big big fan of your work.

 
Since almost two years, I have been working on designing what you call « une oasis de décélération ». I started a master to help me think the project, which is based on creating a space in a forest with artists and biologists. Maybe my expectations are too high but I wonder if it is really possible to make a difference. A real difference. Because, I have the feeling that acceleration is a so big addiction. That this way of life absorbe three of our biggest fears: emptiness, solitude and boredom.  
 
Your book about acceleration describes the exact reality I live in and try to quit. I am based in Switzerland and I have been working during 15 years as an independent coach and a trainer for companies. It started when I was 25. At that time I wanted to go to New York to study films. In order to finance my stay, I worked in a bank for a few months for the HR department. My task was to meet all types of collaborators to help them define their skills professional and non professional for an internal digital system. I was pretty naive at that time and I did not know what it ment for these people to have someone coming from the HR asking to describe their skills and professional background. I understand now that they opened up to me because I was naïve and came with genuine interest for them, listening to their stories with passion and empathy. I did not realize that I was already instrumented by the system as the psychopathic beauty of this system is that all the people that serve it don’t realize they are manipulated and think they work for the greater good. Took me almost 20 years to understand that.
 
To cut it short, after that experience, I decided to change my study field, went to New York to study executive coaching to help people to feel more fulfilled at work, live their dream job, bla bla bla. I came back full of dreams about changing, enchanting the workspace, help people to realize their full potential bla bla bla. I was 28. Well as you can see I was still a bit naïve, but I may have given some warm hope and little changes to the every day life of a few people. I don’t say it was a full waste of time. I guess I was like E.T. in the life of many Elliotts.
 
I fully realized the system was messed up when I understood that the main problem was not around being under stimulated at work, it was the opposite. These last years I met more and more people so invested, so passionated, so loyal, so skilled having all their energy and soul sucked and drained for… what? I still don’t really understand. For useless projects, for psychotic bosses, for bulimic companies. Moreover I was myself exhausted, doing exactly the same AND without knowing it I was a soldier of the system by nourishing this idea that work was central for happiness. You don’t have time for family, for art, for love, for friendship, but you are doing something important at work. This excel file is important. This never-ending meeting is important. Seating all day at you desk and forgetting you have a body is important. 
 
Well if you are still reading me at this stage: thank you. 
 
I have been trying to quit the system since, but it is soooo hard. I could argue that it is difficult for financial reasons, but it is more perverse. I think it is an addiction and leaving the matrix is like running eyes closed in the dark. 
 
Why am I writing you in the end? Because I need your imagination. I need you to describe me your perfect « oasis of décélération » as a real counter-power for our capitalist messed-up system. This place, what does it look like? What do you see? What do you smell? What do you touch? Are you alone? How long do you stay there…? Is it a place that already have existed in the past go human lives?
 
I guess, I am asking a lot, but I least I have tried.
 
Un très grand merci pour votre travail.
 
Yours sincerely,
Pascale
 
Réponse automatique reçue: 

Sehr geehrte Damen und Herren, vielen Dank für Ihre Anfrage, ich werde mich bemühen, sie so schnell wie möglich zu lesen und zu beantworten. Bitte haben Sie dennoch Verständnis dafür, dass dies aufgrund der Überlast nicht in allen Fällen klappt. Wenn es sich um Vortrags- oder Publikationsanfragen handelt, berücksichtigen Sie bitte, dass ich bis Endes Dezember 2020 keine neuen Aufgaben übernehmen kann – mein Kalender ist randvoll und alle Resonanzachsen stehen längst unter extremem Beschleunigungsdruck!

In der Hoffnung auf Ihr Verständnis und mit besten Wünschen Hartmut Rosa

Traduction google: Je vous remercie pour votre demande, je vais essayer de lire et de répondre dès que possible. Néanmoins, veuillez comprendre qu’en raison d’une surcharge, cela peut ne pas fonctionner dans tous les cas. Si vous avez des demandes de présentations ou de publications, veuillez garder à l’esprit que je ne peux assumer aucune nouvelle tâche avant la fin décembre 2020 – mon calendrier est plein à craquer et tous les axes de résonance sont depuis longtemps sous une pression extrême pour accélérer ! Dans l’espoir de votre compréhension et avec tous mes vœux, Hartmut Rosa

Au final, je ne suis pas sûre qu’Hartmut Rosa ait une réponse à la question. Je pense qu’il est un peu comme nous, coincé dans un système….

Quelques jours plus tard j’ai reçu cette réponse. Similaire à la première mais non automatique:

Dear Pascale de Senarclens,

thank you very much for your kind message and for your interest in my work, which means a lot to me. However, due to the large amount of feedback and requests that have been made to me, I am currently not able to provide you with the detailed answer that I would like to send you.

I hope for your understanding and remain with best wishes and greetings from Jena

Hartmut Rosa

Je ne saurai jamais si il a une réponse à la question.

* Wikipedia: Simon Sinek (né le 9octobre1973 à Wimbledon) est un conférencier britannique, auteur de livres sur le management et la motivation
**Accélération. Une critique sociale du temps (La Découverte, 2010)
***https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2016/04/01/hartmut-rosa-plus-on-economise-le-temps-plus-on-a-la-sensation-d-en-manquer_4893818_4497916.html