A is for Alcohol

Avant-propos :

Je propose une tentative d’appliquer le processus de travail sur un projet de création sonore récemment complété, Abolition A-Z, au sujet de l’inclusion. Il s’agit de l’introduction à la pièce hypothétique sous forme d’abécédaire, Inclusion A-Z, et de sa première section, “A is for Alcohol,” issu de liens que j’ai commencé à explorer entre substances, addictions et exclusion, suite à ma décision d’arrêter de consommer de l’alcool cet été.

La création sonore est en anglais, la langue dans laquelle je suis le plus à l’aise et la langue de la majorité de textes et de documents audio-visuels que je parcours. Ci-dessous se trouve la transcription des textes en anglais, puis leur traduction en français, que j’ai réalisé moi-même.


“A is for Alcohol”

Extrait de Inclusion A-Z

👂🏽👂🏽👂🏽–> ICI <–👂🏽👂🏽👂🏽


INTRODUCTION

Sara Ahmed, What is Feminist Research Series with Sara Ahmed, FRI UC Davis, 6 June 2018,   https://www.youtube.com/watch?v=djc8TEUhPiA

Feminism is about trying to change the world. It’s about recognizing gender inequalities, it’s about other inequalities as well. My work is concerned with trying to get better understandings of how power operates so we can have a best chance of intervening in those power relations, so that people have more room in their lives to live in accordance with their wishes. It’s often power works through presuming that the interests of one group are the interests of all groups. And that usually works by hiding that these are the interests of one group as opposed to all groups so that when one person speaks it assumes, it appears that they’re speaking for everybody, when actually they’re only speaking for somebody. So when we’re trying to challenge universalism we’re actually trying to show that actually what’s at stake is the power of who’s speaking. Who gets to speak, who gets to say what matters for people? For a particular group? Who gets to represent that group’s interests in politics and in everyday life? So it’s the question of putting the who back into politics. Somebody’s speaking, not everybody speaking. Somebody’s working, not everybody’s working.

Taking cue from the recently completed Abolition A-Z, created with Ivan Robirosa, this piece is an attempt to explore the A-Z format and the possibilities of audio montage in order to investigate the concept at the core of my research project, inclusion. My parallel work on abolition and inclusion has brought me to perceive them both as processes that are, in the words of Tuulikki Laes, generative and ambiguous, and I am therefore convinced that it is solely through experimentation that we can move forward with them.

In an e-mail exchange with Douglas Noble last year, he too described inclusion as a “process” and a “journey” that his organisation, Drake Music, is undergoing, emphasising that they constantly ask themselves the following question: “How do we exclude?” This piece maintains as a guiding principle the fact that we cannot work towards inclusion without first questioning how we participate in exclusion and increasing our understanding of who is excluded.

A IS FOR ALCOHOL

Clementine Morrigan, Sobriety As Accessibility: Interrogating Intoxication Culture, Reclaiming Our Bodies and Our Minds Conference, March 16, 2013, https://www.youtube.com/watch?v=3F4lQko-d3s

Intoxication culture is a culture that defines a normal person as a person who drinks and who drinks normally. Normal drinking, often referred to as social drinking, is a broad range of behaviours including drinking alcohol with a meal; getting drunk on the weekends as a social activity; including alcohol as part of celebrations; serving alcohol during social and professional events; and generally taking it for granted that consuming alcohol is a normal part of adult life. Like all categories positioned as normal, normal drinking is defined by what it deems as abnormal. Intoxication culture needs addicts and alcoholics to perform the role of abnormal in order to define itself as the norm. Addicts and alcoholics are the shadow of intoxication culture. We define its edges and boundaries. Our dysfunctional consumption renders the consumption of intoxication culture functional. […]

Nick Riotfag, Towards a Less Fucked Up World: Sobriety and Anarchist Struggle, 2003

 

Youth Liberation and Sobriety

The most well-known icon of straight-edge, the Xs that some edgers draw on their hands, originated out of a gesture of solidarity with youth. To this day, kids at shows and other all-ages events that serve alcohol often have black Xs drawn on their hands by the people taking money at the door as a sign that they aren’t allowed to drink. In the early 1980’s, when Minor Threat began bringing the substance-free message to the punk scene, people who noticed kids marked with these Xs as symbols for prohibition of alcohol started drawing them on their hands, regardless of age, to show solidarity with youth and a commitment to sobriety. Because of the prevalence of intoxication culture, shows and other events often cost more for young kids, or don’t allow them in at all. The drinking age serves as a legal tool for enforcing segregation and discrimination directed towards young folks, setting up an entire system around consumption of alcohol that simultaneously devalues youth and glorifies intoxica­tion, constructing it as “mature” and advanced and all of the other positive traits as­sociated with adulthood.

Fugazi, Glue Man, 13 Songs, 1989

[…] he’s alone

His mind is his own town

Where his thoughts run aground […]

Geoff, Sobriety As Accessibility: Interrogating Intoxication Culture, Reclaiming Our Bodies and Our Minds Conference, March 16, 2013, https://www.youtube.com/watch?v=3F4lQko-d3s

To the non-addicted who have a choice to drink in this room: would you consider this choice to be a privilege? If not, how come? If so, what do you do with this privilege? Do you use your privilege to create communities of exclusion or inclusion? Does your choice in drink promote unity among your communities or does it create divisions? Does the culture of intoxication you participate in work to create access or barrier to those of us addicted?


Traduction


INTRODUCTION

Sara Ahmed, What is Feminist Research Series with Sara Ahmed, FRI UC Davis, 6 June 2018,   https://www.youtube.com/watch?v=djc8TEUhPiA

Le féminisme est question de changer le monde. Il s’agit de reconnaître les inégalités de genre, il s’agit d’autres inégalités aussi. Mon travail cherche à mieux comprendre comment le pouvoir opère pour avoir la meilleure possibilité d’intervenir dans les relations de pouvoir, pour que plus de personnes puissent vivre leurs vies en accord avec leurs souhaits. Souvent le pouvoir fonctionne en présumant que les intérêts d’un groupe sont les intérêts de tous les groupes. Et ça fonctionne habituellement en occultant que les intérêts de ce groupe là sont opposé à tous les autres groupes, donc quand une personne parle, il paraît qu’elle parle pour tout le monde, alors qu’elle parle uniquement pour une personne. Donc quand nous essayons de défier l’universalisme, nous essayons de montrer que ce qui est en jeu est le pouvoir de la personne qui parle. Qui a le droit de parler, de dire ce qui importe aux gens ? Pour un groupe particulier ? Qui peut représenter les intérêts de ce groups dans la politique et dans la vie quotidienne ? Il s’agit de remettre le « qui » dans la politique. Quelqu’un parle, pas tout le monde parle. Quelqu’un œuvre, pas tout le monde œuvre.

En m’inspirant du récemment fini Abolition A-Z, créé avec Ivan Robirosa, cette pièce est une tentative d’explorer le format de l’abécédaire et les possibilités du montage audio pour investiguer le concept au cœur de mon projet de recherche, l’inclusion. Mon travail en parallèle sur l’inclusion et sur l’abolition m’ont emmené à les percevoir tous les deux comme des processus qui sont, d’après Tuulikki Laes, génératifs et ambigus, et je suis donc convaincu que ce n’est que par l’expérimentation que nous pouvons les avancer.

Dans un échange par courriel avec Douglas Noble l’année dernière, lui aussi a décrit l’inclusion comme un « processus » et un « voyage » que son association, Drake Music, entreprend, soulignant qu’ielles se demandent constamment : « Comment est-ce que nous excluons » ? Cette pièce maintient comme principe de base le fait que nous pouvons pas travailler vers l’inclusion sans d’abord questionner comment nous participons à l’exclusion et en développant notre compréhension de qui est exclu·e. 

A POUR ALCOOL

Clementine Morrigan, Sobriety As Accessibility: Interrogating Intoxication Culture, Reclaiming Our Bodies and Our Minds Conference, March 16, 2013, https://www.youtube.com/watch?v=3F4lQko-d3s

Une culture de l’intoxication est une culture qui définit une personne normale comme une personne qui boit et qui boit normalement. Boire normalement, souvent décrit comme boire socialement, correspond à une panoplie de comportements qui incluent boire de l’alcohol avec un repas, se rendre ivre le week-end comme activité sociale, inclure l’alcohol dans des célébrations, servir l’alcohol lors d’évènements sociaux et professionnels, et généralement prendre pour acquis que la consommation de l’alcohol est une partie normale de la vie adulte. Comme toute catégorie positionnée comme normale, boire normalement est défini par ce qui est vu comme anormal. La culture de l’intoxication a besoin de toxicomanes et d’alcooliques pour pouvoir se définir comme la norme. Nous définissons ses contours et ses frontières. La consommation dysfonctionnelle rend la consommation de la culture de l’intoxication fonctionnelle.

Nick Riotfag, Towards a Less Fucked Up World: Sobriety and Anarchist Struggle, 2003

L’émancipation de la jeunesse et la sobriété

Le symbole le plus connue de la culture straight-edge, les X que certain·es edgers dessinent sur leurs mains, a pour origine un geste de solidarité avec les jeunes. À ce jour, les jeunes aux concerts et autres évènements ouverts à tous ages qui servent de l’alcool se font dessiner des X noirs sur leurs mains par les personnes qui prennent leur argent à la porte, comme signe qu’ielles n’ont pas le droit de boire. Au début des années 1980, quand Minor Threat a commencé à communiquer un message sans-drogues à la scène punk, des personnes qui ont remarqué des jeunes marqué·es avec ces X comme symboles de la prohibition de l’alcool ont commencé à les dessiner sur leurs propres mains, quel que soit leur age, pour montrer leur solidarité avec les jeunes et leur engagement à être sobres. Dû à la prépondérance de la culture de l’intoxication, les concerts et autres évènements sont souvent plus couteux pour des jeunes, ou ne les permettent même pas d’y accéder. L’age légal de boire l’alcool sert d’outil pour renforcer la ségrégation et la discrimination dirigée envers les jeunes, créant un système entire de consommation d’alcool qui simultanément dévalorise la jeunesse et glorifie l’intoxication, la construisant comme « mature » et avancée et tous les autres traits positifs associés à l’âge adulte. 

Fugazi, Glue Man, 13 Songs, 1989

[…] il est tout seul

Sa tête est dans sa propre ville

Où ses pensées échouent […]

Geoff, Sobriety As Accessibility: Interrogating Intoxication Culture, Reclaiming Our Bodies and Our Minds Conference, March 16, 2013, https://www.youtube.com/watch?v=3F4lQko-d3s

Aux non-dépendant·es qui ont le choix de boire qui sont dans cette pièce : est-ce que vous considérez que ce choix est un privilège ? Si non, pourquoi ? Si oui, que faites vous avez ce privilège ? Est-ce que vous utilisez votre privilège pour créer des communautés d’exclusion ou d’inclusion ? Est-ce que votre choix de boire de l’alcohol promeut la cohésion dans vos communautés ou est-ce qu’il crée des division ? Est-ce que la culture de l’intoxication à laquelle vous participez contribur à créer des barrières ou de l’accès à nous dépendant·es ?